mercredi 20 septembre 2017
Accueil / Devenir bénévole

Devenir bénévole

S’ENGAGER

Ce verbe pronominal, plein de puissance et d’exaltation, a toujours pour socle la liberté, le volontariat et la responsabilité.
« S’engager » peut s’analyser dans de multiples contextes et environnements. Ici, nous nous plaçons dans le cadre associatif sous l’angle du bénévolat*.

« S’engager » engage soi et les autres.
Dans notre monde que beaucoup déclare égoïste, individualiste, domaine du chacun pour soi, le merveilleux mot « fraternité » se trouve galvaudé, dénigré et mis au placard car, trop porteur de sens « religieux » dans notre état laïc. Sans attendre les actions et interventions nationales et internationales, c’est à chacun de nous, dans sa ville, son quartier, son voisinage de participer au « mieux vivre ensemble » et de créer de la cohésion sociale et de la solidarité. S’engager n’est pas un acte banal pour se rendre utile ou pour combler un « vide » de sa vie mais une démarche consciente dans laquelle on mesure pleinement les implications, les conséquences et les exigences de sa décision.

Avant de s’engager, il est indispensable :
d’évaluer notre désir, notre envie d’aller vers les autres et de partager, d’échanger avec eux, de réfléchir sur sa motivation, son désir de transmettre et partager ses connaissances, savoir-faire, expériences, compétences (soyons persuadés que nous avons tous en nous des pépites qui méritent d’être mises au grand jour : elles sont parfois plus ou moins cachées mais elles existent TOUJOURS !), de définir ses domaines d’intervention (apprentissage ou réalisation d’un savoir-faire technique, artistique, culturel, linguistique, sociétal, environnemental…) de formaliser ses disponibilités, ses contraintes et ses modalités d’intervention (pas de risque d’être « embarqué » de façon inopinée au-delà de nos possibilités avec son corollaire de « mécontentement et d’insatisfaction ».
Il faut garder la barre et conserver sa liberté, source d’une pleine satisfaction.

Ces « pré-requis » qui peuvent apparaître fastidieux et nous amener à abandonner avant d’avoir commencé (ça signifie que nous ne sommes pas prêts, actuellement, à « sortir de nous-mêmes » et à assurer et assumer un engagement) recensent simplement les questions à se poser sereinement, calmement, librement, réellement, sincèrement.

Ni honte, ni culpabilité, ni jugement négatif d’un côté,
ni triomphalisme, ni vantardise, ni exhibitionnisme de l’autre.
S’engager résulte d’une démarche personnelle mais réfléchie.

Vis-à-vis DES AUTRES

S’engager oblige à sortir « volontairement » de sa coquille, à aller « se frotter » aux autres, et ceci de façon totalement gratuite.
S’engager, c’est respecter l’autre, tous les autres : on ne choisit pas son auditoire, ses partenaires, ses « élèves ».
S’engager, c’est se donner aux autres mais généralement, dans un cadre particulier. Les autres sont, sauf exception, demandeurs de ce que nous proposons (connaissances, savoir-faire, expériences, compétences) et sont donc pleinement prêts à recevoir.
S’engager, c’est « passer un contrat » avec les autres. Les termes de ce contrat doivent être clairs et précis de façon à éviter tout malentendu et désagrément. Ce contrat signifie expressément le respect mutuel de tous, les obligations et les latitudes de chacun, les objectifs et les résultats attendus…

Pour conclure, restons zen.
Il n’y a rien d’insurmontable ni de révolutionnaire dans ce qui est dit ci-dessus.
Il s’agit simplement de règles de bon sens et de savoir (ou pouvoir !) vivre qui prévalent souvent dans notre monde, de façon implicite ou explicite, dans la vie de tous les jours.
Alors, S’ENGAGER dans le bénévolat au sein d’un organisme c’est réellement une source de joie et de bonheur, un partage et un échange permanents les uns avec les autres, une « source de jouvence » qui vous tient constamment en éveil, une découverte toujours renouvelée et parfois surprenante de l’autre et de soi-même, de ses limites mais aussi de ses « trésors cachés et souvent ignorés », un apprentissage de l’humilité, de la dimension de l’homme, un souhait réel d’œuvrer, à son échelle et à sa place, à la cohésion sociale et à la solidarité entre tous les « locataires » de notre TERRE .